Les gens continuent d’affluer dans les grandes villes pour plusieurs raisons, comme les possibilités d’emploi, le mode de vie, etc.

Au fur et à mesure que cette migration se poursuit, les villes devront devenir plus efficaces afin de suivre l’augmentation de la population. Ainsi, les villes intelligentes commenceront à devenir la norme dans les grandes régions métropolitaines du monde.

Qu’est-ce qu’une ville intelligente ?

Les villes intelligentes utilisent des dispositifs de l’Internet des objets (IoT) tels que des capteurs, des lumières et des compteurs connectés pour collecter et analyser des données. Les villes utilisent ensuite ces données pour améliorer les infrastructures, les services publics et les services, et bien d’autres choses encore. Retrouvez plus d’information ici.

Nous avons décrit ci-dessous comment les villes intelligentes offrent à leurs habitants un mode de vie plus efficace et de meilleure qualité, et les méthodes qu’elles utilisent pour atteindre ces objectifs.

Architecture et infrastructures intelligentes

Les gestionnaires de bâtiments du monde entier cherchent de plus en plus souvent à intégrer des dispositifs et des solutions IdO dans leurs infrastructures afin de réduire les coûts et d’améliorer la qualité de leurs bâtiments.

Une enquête récente de Daintree Networks a révélé que près de 60 % des gestionnaires de bâtiments aux États-Unis connaissent l’IdO et 43 % pensent que l’IdO influencera la façon dont ils exploiteront leurs bâtiments dans les deux ou trois prochaines années. L’éclairage est un domaine qui présente un énorme potentiel d’amélioration, car les gestionnaires de bâtiments pourraient passer aux ampoules LED afin d’économiser de l’argent et de l’énergie.

Un autre domaine est celui des ascenseurs, où la nécessité d’une plus grande efficacité est choquante. IBM a noté qu’en 2010, les habitants de New York ont attendu 22,5 ans au total pour obtenir des ascenseurs. En conséquence, Allied Market Research prévoit que le marché des ascenseurs intelligents va presque doubler, passant de 12 milliards de dollars en 2015 à 23 milliards de dollars en 2020.

On peut dire que la plus grande mise en œuvre de l’architecture et de l’infrastructure intelligentes est celle des réseaux intelligents, qui contribuent énormément à la conservation des ressources. La Commission européenne prévoit que 72 % des consommateurs de l’Union européenne auront des compteurs électriques intelligents installés dans leur maison d’ici 2020, et 40 % auront un compteur de gaz intelligent.

Amsterdam, par exemple, a expérimenté la possibilité d’offrir des unités de stockage d’énergie domestique et des panneaux solaires pour les ménages qui sont connectés au réseau intelligent de la ville. Ces batteries contribuent à réduire la pression sur le réseau aux heures de pointe en permettant aux habitants de stocker de l’énergie en dehors des heures de pointe. Les panneaux solaires permettent également aux habitants de revendre au réseau l’énergie de réserve provenant des panneaux.

Projets de villes intelligentes et applications de l’IdO

L’exemple d’Amsterdam n’est qu’un exemple parmi tant d’autres, en particulier en Europe, qui est le leader mondial du développement de villes intelligentes. L’Union européenne a pris des initiatives pour encourager ses pays membres à développer des villes intelligentes, et la Commission européenne a alloué 365 millions d’euros à cette fin.

Et les efforts ont déjà commencé à porter leurs fruits. Paris a lancé un programme de partage de voitures électriques appelé Autolib en 2011, et a depuis porté son parc automobile à 3 000 véhicules. Les véhicules connectés peuvent être suivis par GPS, et les conducteurs peuvent utiliser le tableau de bord de la voiture pour réserver des places de parking à l’avance.

Londres a annoncé au début de l’année qu’elle allait commencer à tester un projet de stationnement intelligent qui permettrait aux conducteurs de localiser rapidement les places de stationnement et de ne plus avoir à effectuer de longues recherches pour trouver une place libre. Cela permettrait de réduire les embouteillages en ville. La capitale britannique prévoit également de tester des programmes de partage de voitures et de vélos électriques.

Parallèlement, Copenhague a commencé à utiliser des capteurs pour surveiller en temps réel le trafic cycliste de la ville, ce qui fournit des données précieuses sur l’amélioration des pistes cyclables dans la ville. Cette mesure est cruciale, car plus de 40 % des habitants de la ville se déplacent à vélo chaque jour.

L’Amérique du Nord est à la traîne, même si elle est la région la plus urbanisée du monde, avec plus de 80 % de sa population dans les centres urbains. Pourtant, de nombreux projets de villes intelligentes sont en cours dans ces pays, notamment en matière de sécurité publique et de circulation.

La ville de New York a testé la technologie de détection des coups de feu dans les commissariats de Brooklyn et du Bronx, et le maire souhaite étendre ces tests à toute la ville. Camden, dans le New Jersey, a mis en place une technologie similaire.

La ville de New York a également piloté un programme de voitures connectées en 2015 dans le but d’apprendre où les conducteurs effectuent fréquemment des freinages brusques ou des virages serrés à cause de la circulation. Les responsables pourraient ensuite utiliser ces données pour améliorer l’état des routes et alléger le trafic.

Enfin, San Diego a commencé à utiliser des caméras intégrées dans des lampadaires connectés pour surveiller la circulation des piétons et réorienter les voitures aux heures de pointe afin d’éviter les accidents de piétons et de réduire les embouteillages.

L’avenir de l’IdO et des villes intelligentes

Le potentiel des villes intelligentes est presque illimité, et la croissance de ces villes ne devrait que s’accélérer dans les années à venir. Mais ce n’est pas le seul domaine dans lequel l’IdO va profondément changer dans un avenir proche. C’est pourquoi BI Intelligence a élaboré le rapport de recherche L’internet des objets.